travel-one

La Paracha de la semaine…

Depuis un mois maintenant, nous avons recommencé la lecture du Sefer Bereshit (le Livre de la Genèse). Je ne sais pas pour vous, mais les Parachiot (lectures hebdomadaires de la Torah) qu’il renferme font partie de celles qui me touchent le plus.

Normal, me direz-vous, on déroule devant nous l’histoire de nos Patriarches, de nos Matriarches et de leurs enfants ! Point ici de commandement sur la façon d’ériger le tabernacle ou encore de lois sur la vache rousse, par exemple ; non, ici nous lisons notre histoire !

Et c’est là qu’intervient le problème, alors que nous cherchons sans cesse à trouver des explications sur les commandements et les lois de la Torah, nous questionnons très rarement ces histoires que nous connaissons souvent depuis de nombreuses années… L’histoire de Noé et de son arche, de Caïn et Abel, de Joseph et ses frères, nous les connaissons par cœur –quel que soit notre niveau d’éducation ; à tel point que nous avons pris pour acquis ce que nous avions appris enfants. Ces histoires nous sont tellement familières, qu’on ne se pose plus aucune question sur leur déroulé.

Il y a un peu plus d’un an, j’ai rencontré ce que j’appelle « la méthode du Rav Fohrman », grâce à un blog où sont traduits en français ses cours aux Etats-Unis. Et là ce fut un choc… Il propose des analyses complètement novatrices sur les textes de la Torah. Le principe ? Se défaire de tous nos a priori, de tout ce que l’on connaît, et regarder les textes comme si c’était la première fois qu’on les lisait !

Le Rav Fohrman appelle la familiarité que nous avons avec nos textes « l’effet berceuse ». Une fois cet effet dépassé, il nous dit : « Posez vous des questions ! Qu’est-ce qui ne va pas avec ce que vous êtes en train de lire ? ». Et les questions pleuvent, on remarque des choses que nous n’avions jamais vues. Par exemple, avec l’histoire du sacrifice d’Isaac par son père, la Torah nous raconte cela comme si de rien n’était. Mais est-ce bien moral ? Le sacrifice d’un fils par son père …

Les analyses que développe le Rav pour répondre à ces questions portent souvent sur la structure même du texte, et sont éblouissantes. Pour ne rien vous cacher, cela m’a donné envie de ré-ouvrir un livre de Torah et de regarder vraiment ce qui y est écrit.

Poser enfin un regard d’adulte sur ces textes est rafraichissant, vivifiant et donne envie d’approfondir encore et encore…

Cependant, l’étude sur texte n’est pas accessible à tous et souvent, pas accessible à nos enfants. Comment alors leur donner cette envie de s’intéresser à nos textes ?

C’est en faisant ce constat que le Rav Fohrman a développé aux Etats-Unis un site de e-learning (Alephbeta.org) dédié aux enseignants, ainsi qu’aux parents et leurs enfants. Plus de 300 écoles suivent aujourd’hui son programme de Kodesh à travers les Etats-Unis. Les retours des enfants sont fantastiques…

A travers des vidéos attrayantes, la curiosité de nos enfants est piquée, ils posent des questions et profitent d’enseignements à la fois ludiques et profonds.

Le questionnement n’est plus ici une simple remise en question de nos textes,  mais bien une recherche de savoir, de partage avec nos enfants et une source d’exploration. J’ai fait le test avec mon fils de 4 ans : il ne comprend pas tout en effet, mais pose des questions : qui est qui, pourquoi D. a fait ça ? etc…

Et n’est-ce pas là l’essentiel : les rendre curieux du monde qui les entoure en général, mais aussi de notre foi en particulier ?

Ce sont donc ces vidéos traduites et doublées en français que nous vous proposerons, chaque semaine, en partenariat avec le site Alephbeta.fr. Vous trouverez également une transcription des vidéos si vous voulez en parler à table avec votre famille et avoir un papier sur lequel vous appuyer. Pour ceux d’entre vous qui sont enseignants, vous trouverez un guide pour étudier avec vos élèves.

Bon visionnage, bonne lecture et Shabbat shalom !